Une taxe « Google » annoncée en Grande-Bretagne

Tout comme en France, La Grande-Bretagne voit de de nombreuses multinationales échapper au fisc grâce à d’astucieux montages financiers. Mais cette fois, le gouvernement britannique a annoncé l’instauration d’une nouvelle taxe qui s’appliquera uniquement aux sociétés qui échappent de manière artificielle à l’imposition.

Les bénéfices directement taxés

De nombreuses entreprises mondiales, et tout particulièrement celles qui travaillent dans le domaine des nouvelles technologies et sur internet, échappent à l’imposition du pays où se trouvent pourtant leurs bureaux grâce à des montages financiers particulièrement complexes.

Google bientôt directement taxé sur ses bénéfices en Angleterre.
Google bientôt directement taxé sur ses bénéfices en Angleterre.

Pour contrecarrer ce phénomène, le gouvernement britannique qui a du mal à boucler son budget vient d’annoncer la mise en place d’une nouvelle taxe. Celle-ci s’appliquerait aux entreprises dont les bénéfices réalisés sur le sol anglais échappent artificiellement à l’impôt, c’est tout du moins ce qu’a annoncé George Osborne, le ministre des Finances.
Il n’est toutefois pas entré dans le détail et n’a donné aucune indication permettant de deviner la manière dont cette nouvelle taxe sera mise en œuvre, probablement pour empêcher que les entreprises visées ne s’y préparent et n’y trouvent une parade.

Le gouvernement britannique espère ainsi faire rentrer dans les caisses de l’état près de 1 milliard de livres supplémentaires, soit 1,26 milliard d’euros.

Google en ligne de mire

Ce n’est évidemment pas un hasard si cette taxe est déjà surnommée taxe « Google », du nom du géant de la recherche sur internet.

Régulièrement montrée du doigt, l’entreprise américaine a ainsi déclaré en France pour 2012 un chiffre d’affaires de seulement 193 millions d’euros alors qu’il est estimé sous toute vraisemblance à 1,44 milliards d’euros en 2013. Google n’a ainsi versé au fisc français que 8,3 millions d’euros. (Source)
A titre de comparaison, une entreprise bien plus modeste en comparaison comme Vente-privee.com paie davantage d’impôts que Google.

Ce n’est évidemment pas la seule entreprise fortement suspectée de montages financiers visant à échapper aux impôts puisque des géants comme Amazon, Google, Apple, Starbuck’s, Facebook ou eBay seraient également concernés.

Si le nouvel arsenal fiscal qu’envisage la Grande-Bretagne permet effectivement de remplir les caisses de l’état, nul doute qu’elle fera tâche d’huile au moins au niveau français et européen.

Vous avez aimez cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *